SYMBIOSE

Lire en Laque - Sarah Mélina Clair - Symbiose

Symbiose

Hommage à Alejo Carpentier

Dans Le partage des eaux.


Ensemble de 9 panneaux dont Gemmes est le centre.

Lorsque Alejo Carpentier écrit, en 1955, Le Partage des eaux – alias Les Pas perdus (en espagnol)- la littérature latino-américaine se situe dans une phase d’identification et de création d’une littérature apte à atteindre le concert des nations.
Le partage des eaux est un voyage circulaire pour un homme qui a perdu sa route, et retourne aux origines. Un nouveau monde s’ouvre, celui de la forêt, un monde antérieur à toute culture : une autre esthétique, une autre organisation humaine du temps.
On entre dans une dimension atemporelle, qui permet à l’homme de retrouver un courant d’intense créativité. Loin de la mégalopole aliénante, il retrouve un équilibre spirituel.
Pour autant, il devra quitter la vallée du temps suspendu et lorsqu’il y reviendra, il découvrira qu’il lui est impossible de retrouver les pas perdus. Sinon par l’Art. Il découvre qu’il est fondamentalement seul, qu’on est fondamentalement seul quand on crée. Quand on laque. Quand on écrit. C’est son destin d’artiste.

Seule la création lui permettra de faire fusionner les différents temps : le passé, le présent et l’avenir.

Enfant, les pierres me plongeaient dans un état de fascination, d’extase. Elles faisaient surgir de puissantes rêveries. J’imaginais leur vie, leur histoire, les coulisses d’un monde aux faces cachées, archaïque, primitif. Sans doute cette permanence renforçait-elle leur pouvoir d’hypnose.
Nous sommes venus les derniers et nous partirons les premiers, nous souffle Roger Caillois. Elles, ces gouttes de siècle, qui répandent une lumière prodigieuse, nous ont précédés et nous continueront.
Pour évoquer la perfection, on parle d’une pierre de la plus belle eau. La Laque, comme une pierre, offre transparence et profondeur. J’aime l’idée que par son eau, son miroitement, la laque bavarde avec les pierres venues d’ailleurs. J’aime l’idée de leur offrir un nouvel écrin dans lequel elles pourront s’allumer de leurs feux réciproques. J’aime l’idée que ces formes nées de la patience de l’univers, émergées d’un chaos, propagent en nous leur force élémentaire.

Symbiose.
« Une joie immense m’envahit, de me répéter que je reste, que la lumière du soleil et du bûcher m’éclaireront désormais, que je plongerai mon corps tous les matins dans l’eau de cette cascade et qu’une femme accomplie et loyale sera toujours à portée de mon désir. » Alejo Carpentier.

Format : 30 cm x 30 cm
Date de création : 2018
Prix : 10 000 € (ensemble de 9 panneaux)

Pigments, nacres, feuilles d’or, poudre d’or, Labradorite

Poursuivre la visite